Accéder au contenu principal

Corps magnétiques – ero(s)in – corps élargis

IMG_1974
Corps sous-le-vent, 2020

https://www.linguee.fr/francais-anglais/traduction/corps+%C3%A9largi.html

Epure, scènes vivantes / scènes mouvantes, mon corps sexué. Je parle par lui, il parle pour et avec moi, il parle par moi • Par lui, vous percevez ma pensée vive, elle le traverse, il la mouvemente • Il est lui-même autonome dans sa temporalité et véhicule son « intelligence » physique, sa détermination • Il est véloce et subversif de par mon expérience : nos Nö-Actions avec les idiotes, mes scènes mouvantes libres • Il est ma matière mouvante et ma matière vive et parlante entre les autres et moi, il est mon imaginaire vécu • L’expérience que j’ai de par mon corps sur l’ensemble de mes histoires poursuit de me transformer •


“ le corps identifié et le corps situé ”

Visons . , 2014. Le corps élargi et sexué, mes prothèses lourdes transforment mon déplacement, représentation d’un changement corporel dû à la forme que peut prendre l’être intérieur qui me dérobe, qui me déborde, m’envahit, j’élabore un nouveau corps qui, lui, correspond. Ensuite le corps de Maya enserré dans le rideau noir : le corps est une masse chargée. Sans peau, juste sa densité pleine. Un trou-noir qui s’extrude, les visons circulent par des ouvertures entre les deux. Elle part dans sa couverte noire, je l’accompagne, je lui tiens le bras pour apparemment la conduire ou est-ce elle qui me conduit.

Reliefs Cassenti, 2018 : VaudouceChild, motos-corps-vrombissements. motos-corps-vrombissements. Pousser l’expérience physique du corps, suspension, adrénaline qui permet les soulèvements perso de mon corps sur la moto. Mon corps ajoute la moto à lui-même, je l’élargis, je repousse les limites psychiques de mon contour, mon corps est puissant et doux à la fois, le cambouis se transfère de la moto à ma surface. Les motos sont à l’arrêt mais moi je suis en mouvement avec la puissance/jouissance surprenante que mon corps véhicule.

Même chose pour Caretta-mon-Eros, 2010, suspension au bastingage du Batofar au-dessus de la Seine. Nos longs foulards blancs noués autour notre corps rejoignent l’eau 5/6m plus bas, ils trempent dans la Seine, l’eau remonte. Même chose pour BLB, 2011 suspension au plafond du Batofar.

BLB (BorderLine Baby) : corps sensible, par dessus la peau, re-dessine le contour du corps émotif et tourmenté pour élargir le contour du corps contenant ou l’aide à ressentir son dessin pour contenir les émotions qui nous échapperaient autrement beaucoup trop vastement. Utilisation de la Kinect. Profil au rayon contour. Prothèse : le bras oiseau, cuir – plumes – Arduino, relié au battement du cœur pour faire partie du corps. Et le bras-fourrure, bras sensible, lié à la pulsation du sang dans les veines, aux battements de cœur.

Japancorps, 1999-2000 : première tentative de représentation du corps physique / corps pensée d’une jeune japonaise au passage de l’an 2000, projet World Wide Web.

Notes : je représente les émotions / la sensibilité, ce qui nous affecte et ce que nous ne pouvons pas nommer au moment où cela nous prend, l’innommable, ce qui circule sur et à l’intérieur de mon corps, je représente cela par des extensions aux formes originelles / des objets de Haute Densité. Je parle de ce qui se perçoit par une grande attention. Ce que je perçois par une grande attention à mon sujet. Je re-dessine mon contour au plus proche de son image psychique, celle qui me tire. Je représente ma charge. Je représente aussi par des objets physiques les espaces où cela ce situent dans mon corps mes propres sensations et les formes de mon émotivité celles que je peux ressentir comme une douleur, une pression, une passion, une douceur interne. Les Tourments et les passages, les souffles du vent.

LOUVERTURE, 2015 : mes émotions, les sortir du mon corps. chacune d’elles s’incarne en une céramique, comme un morceau de corps supplémentaire que je sortirais de moi-même.

Louve à Fresnes, LOUVERTURE, coque sur mon sexe que je soulève à l’aide d’un fil de nylon tissé et perlé accroché à mes talons.

Le Générateur de Gentilly : “ le terrain fait partie du corps du joueur moins comme une extension que comme le milieu actant son schéma corporel. ” B. A. , le Corps et ses Avatars.

Bodyïn, le Corps d’Alice, a Hole in the Wall, 2016. L’espace du Générateur devient le corps géant d’Alice, Alice en expansion, dans lequel nous nous trouvons pour le dessiner, de l’intérieur d’elle-même. Atelier Nönude Libre.

Capture d’écran 2014-10-28 à 20.37.46.png
Visons . corps dansé Hélène Defilippi. Le Générateur, 2014
DSC02827
Visons . retournement, corps dansé Maya Arbel, moi. Photographié par Eric Mérour, Le Générateur, 2014
Phrase
Louverture, Le Générateur, 2014
IMG_20131208_182823_1
Nönude, corps étoile Maya Arbel, 2013

D’autres point(e)s de pensée :

my prosthetic limbs for my modern she-wolves.

Vive Ambroise Paré !

La Chair frémit, la passion s’incarne. 

(reprise des textes)

Je ne cherche pas de réponse quant à la passion qui me mène ou qui pourrait nous mener chacun. Je peux témoigner de l’expérience que je me suis donnée à vivre par mon corps et la manière dont j’ai transposé les émotions qui n’en finissent pas de me traverser et qui s’associent chacune aux mouvements de la passion en scènes vivantes, avant que celle-ci, la passion, ne (me) tourne mal, avant le passage à l’acte.

Je vous confie quelques mots, des notes, mon processus de pensée : de la matière à penser. 

Depuis la naissance de mon second fils, je me suis remise à dessiner le corps humain intensément (ref. image 1 & 2), la pratique du dessin en présence du corps-étoile de l’ami.e invité.e, choisi.e, me permet alors de retrouver mon corps, de le ressentir, de le préciser, de l’apprendre, de le parcourir, de l’ouvrir, par cette ouverture, je peux fomenter les scènes vivantes à venir que je vais, elles aussi, dessiner et nous pourrons les vivre ensuite ensemble lors d’une invitation publique. Les scènes-vivantes sont incarnées par mes louves modernes, mes complices scéniques et par moi-même. Nous pouvons être intégralement nu.e.s et accompagnées d’objets de ma fabrication, à porter sur soi. Nos mouvements associés au poids de ces objets les feront résonner autour de nous (ref. image 3).

Visons . , 2014. Le corps élargi et sexué, mes prothèses lourdes transforment mon déplacement, représentation d’un changement corporel dû à la forme que peut prendre l’être intérieur qui me dérobe, qui me déborde, m’envahit, j’élabore un nouveau corps qui, lui, correspond. Ensuite le corps de Maya Arbel enserré dans le rideau noir : le corps est une masse chargée. Sans extérieur, juste sa densité pleine. Un trou-noir qui s’extrude, les visons (les fourrures) circulent par des ouvertures entre les deux. Elle part dans sa couverte noire, je l’accompagne, je lui tiens le bras pour apparemment la conduire ou est-ce elle qui me conduit ?

Reliefs Cassenti, 2018 : VaudouceChild, motos-corps-vrombissements. motos-corps-vrombissements. Pousser l’expérience physique du corps, suspension, adrénaline qui permet les soulèvements personnels de mon corps sur la moto. Mon corps ajoute la moto à lui-même, je l’élargis, je repousse les limites psychiques de mon contour, mon corps est puissant et doux à la fois, le cambouis se transfère de la moto à ma surface. Les motos sont à l’arrêt mais moi je suis en mouvement avec la puissance/jouissance surprenante que mon corps véhicule.

BLB (BorderLine Baby) : Corps sensible / par dessus la peau je re-dessine le contour du corps émotif et tourmenté pour élargir le contour du corps contenant, pour m’aider à ressentir son dessin et contenir les émotions qui nous échapperaient autrement beaucoup trop vastement. Utilisation de la Kinect je crée mon Profil au rayon contour. Prothèse : le bras oiseau, cuir – plumes – technologie Arduino reliée au battement de mon cœur pour faire vibrer les diodes lumineuses insérées dans le bras. Bras-fourrure, ma seconde peau par laquelle ma sensibilité devient visible, il est relié à la pulsation du sang circulant dans mes veines, aux rythmes de mon cœur, de mes émotions.

Japancorps, 1999-2000 : première tentative de représentation du corps physique et du corps pensée par l’intermédiaire de l’image du corps d’une jeune japonaise reconstitué — au passage à l’an 2000 — le corps se déroulait derrière une fenêtre d’observation, tel un ilot volcanique observé, le corps réagissait au passage de la souris, des sons, ses émotions, s’en échappaient et ouvraient des salles dédiées aux souvenirs de la jeune femme, projet World Wide Web.

LOUVERTURE, 2015, exposition collective, Le Générateur : mes émotions, les sortir de mon corps. chacune d’elles s’incarne en une céramique, tel un morceau de corps supplémentaire que je sors de moi-même. Ensemble d’une quarantaine de pièces réparties sur le sol.

Louve à Fresnes, LOUVERTURE, coque sur mon sexe que je soulève à l’aide de fils de nylon tissés et perlés accrochés à mes talons.

Bodyïn, le Corps d’Alice, a Hole in the Wall, Nönude Libre, 2016. L’espace du Générateur de Gentilly devient le corps géant d’Alice, Alice en expansion, dans lequel nous nous trouvons pour le dessiner, de l’intérieur d’elle-même. Mes louves modernes en action au centre, la lumière chevaleresque des projections de David Coignard tombent sur leur corps, ouvrent les murs. Le corps s’enflamme (ref. image 4), il devient l’espace, il devient le temps.

Notes : 

Epure, scènes vivantes – scènes mouvantes / Corps, mon corps sexué. Je parle par lui, il parle pour et avec moi, il parle par moi • Par lui, vous percevez ma pensée vive, elle le traverse, il la mouvemente • Il est lui-même autonome dans sa temporalité et véhicule son « intelligence » physique, sa détermination • Il est véloce et subversif de par mon expérience : nos Nö-Actions avec les idiotes (Hélène Defilippi et moi) et mes scènes mouvantes, libres • Il est ma matière mouvante et ma matière vive et parlante entre les autres et moi, il est mon imaginaire vécu • L’expérience que j’ai de par mon corps sur l’ensemble de mes histoires poursuit de me transformer, je retourne les émotions que je ne pourrais contenir autrement, celles qui me chavirent, mes passions, en geste artistique •

Objets / Emotions : je représente les émotions / la sensibilité, ce qui nous affecte et ce que nous ne pouvons pas nommer au moment où cela nous prend, l’innommable, ce qui circule sur et à l’intérieur de mon corps, je représente cela par des extensions aux formes originelles / des objets en céramique Haute Densité. Je parle de ce qui se perçoit par la finesse du ressenti. Ce que je perçois par une grande attention également à mon sujet, je m’étudie, j’étudie le mouvement de mes émotions. Je re-dessine mon contour au plus proche de son image psychique, celle qui me tire à l’intérieur, celle qui étire mes contours. Je représente ma charge, ce nœud passionnel, dense, son mouvement interne. Je représente aussi par des objets physiques les espaces où cela se situe dans mon corps mes propres sensations et les formes de mon émotivité celles que je peux ressentir comme douleur, pression, passion, douceur interne. Les Tourments et les passages, mes passagers temporaires et parfois le résidu à vide, le souffle du vent.

La chair frémit, la passion s’incarne.

Nous serions donc des capteurs de Passion, comme les pièges à vent.

Sarah Cassenti, La Ciotat, octobre 2020.

Dynao * 2010 *

Avec certaines personnes  » la transférance  » a pris corps dans le temps * les scènes vivantes peuvent arriver *